Lac Sidi Boughaba

1. LOCALISATION

1.1- Coordonnées : 34° 15′ N – 06° 39′ W
1.2- Références des cartes  : 1/50.000 – KENITRA, SIDI BOU QNADEL
1.3- Province administrative : Kenitra
1.4- Centre administratif proche : Mehdia
1.5- District forestier : Kenitra
1.6- Région biogéographique : n°3 – MAMORA Littoral

2.SUPERFICIE et LIMITES

2.1-Superficie proposée : 800 ha
2.2- Limites proposées :

  • La « Réserve Biologique de Sidi Bou Ghaba » de 150 ha concernant la zone humide sens strict depuis son extrême limite sud jusqu’au niveau de l’actuel bâtiment du Centre National d’Education Environnemental (CNEE).Le « Canton Forestier de Sidi Bou Ghaba » de 652 ha, englobant la Réserve Biologique en plus d’une forêt domaniale. Les limites du Canton sont au sud, le Marabout de Sidi Bou Ghaba, à l’ouest, l’océan atlantique, au nord, la Kasbah de Mehdia et à l’est, les terrains collectifs et la forêt de la Mamora.Le « Site classé » (Arrêté du Ministère des Affaires Culturelles, 1951). La superficie du site classé englobe en plus de celle du Canton Forestier une superficie estimée à 150 ha composée, au sud, de dunes plantées et des terrains collectifs au nord.
  • Globalement le SIBE est limité au nord par l’embouchure de l’oued Sebou, au sud par le Marabout de Sidi Bou Ghaba, à l’ouest par la station balnéaire de Mehdia et l’océan atlantique et à l’est par des terres de culture et la forêt de la Mamora.

3. STATUT ACTUEL

3.1- Système foncier : Domaine privé de l’Etat, domaine public, collectifs, privé et habous
3.2- Usages :néant
3.2- Divers :

  • « Canton Forestier de Sidi Bou Ghaba », délimitation administrative en 1916, superficie de 652 ha. »Site classé », comme site naturel et culturel,en 1951 par arrêté du Ministère des Affaires Culturelles (Direction des MonumentsHistoriques et Sites), superficie de 802 ha (652 ha + 150 ha). »Zone d’importance Internationale pour les Oiseaux d’Eau » reconnue par le BIROE en 1964. »Réserve Biologique », en 1974 par l’Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation des Sols, superficie de 150 ha.Site inscrit, en 1980, sur la liste « Ramsar » relative aux zones humides d’importance internationale comme habitat des oiseaux d’eau.
  • Création du Centre National d’Education Environnementale en 1992 au sein du Site.

4. BIOCLIMATS et MILIEU PHYSIQUE

4.1-Caractéristiques bioclimatiques : Thermoméditerranéen Subhumide chaud
4.2-Caractéristiques physiques :

  • Dépression immergée située à un kilomètre de la côte atlantique entre deux cordons dunaires. Vers l’ouest, dunes non consolidées, blanche sà sol minéral brut et sable calcaire d’apport et dunes grises fixées formées de rendzine sableuse.D’orientation NNE-SSW, sa longueur est de près de 6 km, sa largeur est de 100 à 350 m. La profondeur varie de 0,5 à 2,5 m.Les eaux de la Merja proviennent de la nappe phréatique (surface topographique inférieure au niveau piézométrique) et des précipitations. Il n’y a pas de communications avec les eaux océaniques ni avec la nappe souterraine salée.
  • L’eau de la merja est fortement minéralisée, la salinité varie au cours de l’année, elle est fonction de la variation du volume d’eau. C’est une eau alcaline, son pH est toujours voisin de 9. Les températures extrêmes de l’eau sont de 15° et 34°C. Elle est riche en chlorures, en matières organiques et en ion magnésium.

5. QUALITES BIOECOLOGIQUES

5.1- Flore et végétation :

  • La végétation alguale est formée dans les parties peu profondes de la merja par un peuplement benthique de characées. Dans la partie profonde, se développent quelques populations à forte abondance de phytoplancton.La végétation hygrophile des bordures de la merja et des zones à émergence et immergence saisonnière se compose essentiellement de Cypéracées et de Juncacées mélangées quelquefois de Phragmite. Le typha apparaît dans les hauts fonds en compagnie en début d’été d’une végétation temporaire annuelle de Chénopodiacées.Les bassins versants de la merja sont occupés par une végétation terrestre à l’état climacique de genévrier rouge. Cette zone humide constitue d’ailleurs, le dernier lambeau de toute la zone côtière du Gharb où persiste encore cette végétation climacique, largement répandue auparavant. Dans les parties dégradées, se développe un matorral à Retama monosperma.D’autres espèces tels l’Oléastre, le Lentisque, l’Asperge, la Lavande, le Tamarix, la Fougère, pour ne citer que ces espèces, entrent dans la composition des formations végétales de ce site.
  • Trois espèces exotiques ont été introduites dans la réserve, les Acacia plantées par l’administration des Eaux et Forêts pour la fixation des dunes mobiles sur une bande côtière de 30 ha, une plantation d’Eucalyptus le long de la route et dans l’aire de pique-nique, quelques arbres de peupliers au bord du lac à côté de l’aire de pique-nique.

Relevé dans Junipéraie qui occupe toutes les dunes :

Juniperus phoenica
Clematis cirrhosa
Ephedra fragilis
Pistacia lentiscus
Phillyrea media
Olea sylvestris
Rubia longifolia
Arisarum vulgare
Rhamnus oleoides
Prasium majus
Jasminum fruticans
Osyris quadripartita
V
V
IV
V
V
V
V
V
IV
III
II
II
Chamaerops humilis
Asparagus albus
Smilax aspera ssp. mauritanica
Geranium purpureum
Parietaria mauritanica
Mercurialis annua
Centaurea seridis
Urtica membranacea
Phagnalon saxatile
Retama monosperma
Calamintha ascendens
Diplotaxis catholica
Lotus arenarius
II
II
I
V
V
V
V
IV
IV
III
III
III
II

 

5.2- Faune et population animales :

Le lac de site Bou Ghaba abrite un peuplement diversifié de Zooplancton et d’Invertébrés aquatiques. Plusieurs espèces de Libellules peuvent être observées chassant à ras de la surface de l’eau. Etant situé à proximité de la forêt de la Mamora, le site de Sidi Bou Ghaba constitue un refuge pour un certain nombre d’espèces d’Amphibiens , reptiles et Mammifères. Vu sa situation sur l’axe migratoire Paléarctique-Afrique subsaharienne, le site de Sidi Bou Ghaba constitue l’une des plus importantes zones humides de la côte atlantique marocaine pour les oiseaux d’eau et représente une aire de repos et de nourrissage d’oiseaux migrateurs ou hivernants. Plus de la moitié de l’avifaune qui fréquente le pays peut être observée au niveau du site Au cours de ces cinq dernières années, une moyenne de 4000 Anatidés y hivernent. Presque toutes les espèces d’Anatidés peuvent être rencontrées en migration ou en hivernage. Il faut noter que Sidi Bou Ghaba constitue le principal site d’hivernage de la Sarcelle marbrée à l’échelle du Paléarctique.

Trente espèces sont nidificatrices, les plus remarquables et qui ont une importance internationale sont la Sarcelle marbrée, la Foulque à crête, le Héron bihoreau et le Hibou du cap.

5.3- Ecosystèmes et milieux :

  • Merja côtière d’eau douce (milieu permanent, semi-permanent et temporaire), Forêt naturelle sur les versants, Formations de reboisements (Eucalyptus & Acacia). – Végétation aquatique: riche et diversifiée en voie d’envahir toute la Merja (depuis la mise en réserve) – Végétation du front de mer: riche et diversifiée.Ecosystème à Juniperus après mise en réserve: très dynamique, en voie de fixation des dunes vives suite à l’opération de reboisement pour stabilisation biologique.
  • Cortège faunistique parmi les plus exceptionnels du Maroc (essentiellement pour l’avifaune)

Related Post

thumbnail
hover

Lieux à visiter

Plage de Mehdia Située à moins de 10 kilomètres de la ville de Kenitra, Mehdia est parmi les plus belles plages du Maroc et considérée ...

thumbnail
hover

Histoire de Mehdia

La ville de Mehdia (en langue arabe : المهدية) est une ville du Maroc située à l’embouchure du fleuve (oued) Sebou. Elle est...

thumbnail
hover

Mehdia la plage

Mehdia avec tout ses spots et un lieu idéal pour le surf au Maroc. Le MOONE C’est sans doute le plus beau spot on puisse surfer a Meh...

Leave us a comment